Ce que m’a inspiré une parole raciste : cinq minutes de révérence à l’Afrique.

Un frère en Christ blanc, et nommément pas Français de souche, a écrit il y a quelques temps, et sans l’ombre d’une exception pour ses frères en Christ, qu’il était temps que les Africains (les noirs cela s’entend) quittent la France et rentrent chez eux. En y repensant hier, j’ai eu envie de réveiller ma plume endormie.mama-africa-regroupc3a9-1

L’Afrique est unique. Ses souffrances interpellent, sa diversité captive, sa joie est jalousée et ses paradoxes rendent fou.  Docile, Mama Africa, comme l’appellent affectueusement ceux qui la chérissent, se laisse imaginer, dévoile ses mystères et reste ouverte à toute voie de représentation.  Oubliez l’Europe vieillissante, détournez-vous de la contrefaite Asie, et lâchez l’Amérique, la superficielle…le temps d’une courte prose. L’Afrique la naturelle, vaut bien cinq minutes de révérence.

1-Au raciste négrophobe :  je te présente Mama Africa la pourvoyeuse.

mama africa mérite mali

Entends-tu les pleurs de l’Afrique lorsque ton Smartphone tu colles à l’oreille ? Pourtant son Congo s’y consume. Sens-tu son goût quand ton chocolat chaud tu effleures des lèvres ? Pourtant sa côte d’Ivoire s’y fond. Mama Africa porte dans son ventre et accouche dans la souffrance pour que toi tu en profites dans l’opulence. Tes déchets terminent leurs voyages au fond de son gosier ; ta vue pourrait en échange supporter les quelques petits noirs qui en jaillissent, non ? Tu as les armes qui transforment, c’est ta force. Et c’est connu : le faible a tord. Les fils de l’Afrique ne sont pour rien dans la construction de ce beau nid que tu appelles tiens…c’est toi qui le dis. Ses filles n’ont aucun droit de partager un petit bout de ce grand nid que tu appelles tiens…c’est toi qui l’écris.  Grogne…moi j’en souris. Le temps a de la mémoire et il parle tu sais ! Des fils beaux et forts elle a expulsé comme bras pour ton rival à l’autre bout du Sahara, comme dos pour ton cousin de l’autre côté de l’Atlantique, et comme lit pour toi. Allez, ne fais pas semblant de ne pas comprendre. L’intelligence est tienne. Oui, le temps a de la mémoire. Le passé composé pour Mama Africa par tes ancêtres, ces convoiteux, ce passé imposé à cette mère porteuse, les siècles l’ont conté aux années, les années aux mois, les mois aux jours et les jours te les content, à toi.  Tu vois ton espace qui à chaque heure se colore de plus en plus ?  A ton grand désespoir. La fautive, c’est l’histoire.

2. Au frère complice : Mama Africa la déshonorée

mama-africa-la-bombe

Tu le sais bien, toi, mon frère de couleur, si ce n’est de douleur, ce qu’ils ont fait. « Qui ? » Nos ancêtres pardi ! Infâmes complices…Mieux vaut être stérile que d’accoucher d’un traître…Pauvre Mama.  N’ont-ils pas vendus 50 guerriers Mandingues pour 5 fusils ?  N’ont-ils pas offert aux négriers la virginité de nos aïeules ? Pour 50 de nos belles roses noires ils recevaient 12 barres de fer. Chacune de nos mères valait aux yeux de son ‘frère’ 0,24 % d’une barre de fer. Quenelle en béton. Tu veux pleurer ?  Aujourd’hui encore les traîtres sévissent hélas, plus virulents, plus modernes, dans l’air du temps.  Les chefs parmi les fils de Mama suivent leurs ancêtres à la crasse. Ils vont même plus loin dans la disgrâce. Ayant leur ventre pour seule balance ils crachent sur l’honneur, renient leurs sœurs et appauvrissent leurs frères. Non, ne pleure pas. Et ce qu’ils réservent à leur mère, tu es sûr de vouloir le savoir ? Là, ils se surpassent, offrant ses charmes aux étrangers, confiant sa garde à ses bourreaux, exposant sa nudité jusqu’au soleil levant. Si encore ils la vendaient au prix qu’elle vaut. « Prenez-la, prenez-la » appellent-ils,« prenez-la comme vous voulez»,  hèlent-ils, pour quelques piécettes jetées au peuple. Pauvre Mama Africa,  Dieu l’a créée berceau de l’humanité, ses fils l’ont couronnée ‘poubelle du monde’. Les chefs de ses fils, c’est sa douleur. Oui, pleure, nul n’en meurt.

3-Au déserteur : voici Maman Africa, la  magnifique

mark artista

Mon Dieu ! mon Dieu ! Incultes, gens de mauvaise foi, et Africains : voici les trois types de personnes qui ignorent que l’Afrique est le ‘ailleurs’ dont l’herbe est plus verte. Oh ! La Malheureuse que je suis cumule les trois. Si seulement j’avais eu plus tôt le flair des pilleurs! J’aurais fait pour Mama Africa, des merveilles. Qui écrira l’histoire de ce prince ? Il était malvoyant et visiblement insatisfait de son épouse. Aveuglé par la tromperie de son rival, il voulut traverser les mers à la rencontre de la plus belle des femmes.  C’est l’hideuse faucheuse qu’il croisa. Elle l’attira sur un bateau et offrit son âme à l’insatiable Méditerranée. Après sa mort, le rival profita à loisir de la femme du prince. Cette dernière était en secret l’inventrice même de la beauté.  Chantons aux migrants des mers, à leurs regrets amers. L’Afrique c’est la diversité ethnique, une variété originelle de couleurs de peau, un arc-en-ciel de cultures et d’esthétiques. Mama Africa a des dents en diamants et des yeux en or. Ses larmes sont pétrole, sa chevelure est forêt et mille autres richesses. De sa voix douloureuse elle crie pour redonner vie au prince noyé, espoir au déserteur. Y parviendra t’elle ?

4- A l’ennemi : Mama Africa, la guerrière

mama-africa-astou-org

Où que nous remontions dans le temps, l’Afrique est telle une femme seule dans le dehors obscur, exposée aux pires instincts du mâle. L’Amérique n’a plus rien à conquérir chez elle, les ‘native’ sont endormis. L’Europe s’ennuie de sa maturité douloureusement atteinte. C’est dans une connivence transparente que le duo retrouve sa vigueur : faire mijoter la même proie. Voyez qui s’invite au banquet ! L’Asie autrefois abusée,  dévore à son tour. Toute terre aurait depuis longtemps rendu l’âme, mais pas Mama Africa. Oh qu’elle est forte ! Malgré son ébène badigeonnée de blanc et de jaune, elle tisse sa résistance depuis des lustres. C’est dans cette lutte jamais interrompue que ses cornes se fortifient jusqu’au jour où…

Moussa Gueye (1)pensait-il à tout cela quand il donna vie à ce chef-d’oeuvre ? Peut-être aurais-je l’occasion de lui poser la question. En attendant, retrouvez son fabuleux travail à acheter sur son site. (1)

 

5-Aux sceptiques : Mama Africa la spirituelle

mama africa proche nature

L’Afrique n’a pas d’histoire, elle est pauvre, elle est en  retard…chimères se riant de la vérité. Ils s’en gargarisent, tous ces soufflés d’orgueil devant l’étalage de leurs inventions assommantes : banque, finances, macroéconomie, croissance à 10 chiffres, technologie,  etc. L’Afrique est en retard martèlent-t-ils. Retard par rapport à quoi? La destruction de la planète ? Retard par rapport à qui ? La sangsue capitaliste ? Rattraper le présent européen sans passer par la formation ‘moyen-âge’, tel est le challenge imposé à Mama Africa.  C’est perdu d’avance, autant le dire clairement. Colonisée, transformée et aliénée, Mama Africa est forcée à se construire loin de son essence réelle : spirituelle. Ah si ses chefs de fils pouvaient apostasier, rejeter cette modernité qui fera toujours de leur mère la dernière de la classe. S’ils pouvaient accepter la beauté naturelle et la spécificité de leur terre, et renoncer à cet entre-deux morbide qui fait fuir ses enfants. Pourquoi rester imprimé dans une copie ratée de l’Occident ? Autant y aller en Occident. Les chefs de ses fils préfèrent l’accrocher malgré tout à la queue du monde. Une super-héroïne finalement cette Afrique.

Non, Mama Africa n’est ni pauvre, ni en retard : elle est juste spirituelle. Son essence est trinitaire  : amie de la nature, soeur de l’humain, fille du divin. Elle attend sa renaissance qui ne pourra passer que par le retour en arrière, vers son histoire, vers la source, vers son primitif.

C’est malheureusement le vainqueur qui écrit l’histoire, et c’est aussi lui qui dicte l’avenir.

Ami Rougé pour theamijournal.com

 

1-Mark Artista   

https://www.facebook.com/wambugumark

https://twitter.com/mark_artista?lang

https://www.instagram.com/markartista/?

2-Moussa Gueye                                                                                                           

artmoussagueye.e-monsite.com                                                                                                         

Soyez solidaire sur  http://www.astou.org

 

Autopsie de la reconnaissance :  quand l’ingratitude a bon dos.

Ecrit par Ami Rougé

Dans nos interactions les uns envers les autres, il arrive que nous nous fassions du bien, que nous nous offrions des cadeaux, que nous nous rendions des services, et nous attendons de la reconnaissance des uns envers les autres. L’ingratitude est le contraire de la reconnaissance. L’ingratitude fait mal, l’ingratitude blesse, l’ingratitude peut tuer, l’ingratitude est une trahison, l’ingratitude est un poignard dans le dos, l’ingratitude d’un ami est pire que les attaques d’un ennemi. Mais l’ingratitude a aussi bon dos.  S’il est vrai que nous devons être reconnaissants pour l’amour, la gentillesse, les efforts, les cadeaux et les services que nous nous rendons les uns aux autres, force est de reconnaître que dans cette société en quête de reconnaissance nous taxons trop facilement les autres d’ingrats. Les récits de reconnaissance semblent plus rares que les récits d’ingratitude. Quelqu’un s’est interrogé ainsi : « la reconnaissance est décédée ; je me demande pourquoi les gens sont de plus en plus ingrats ? » Vous êtes-vous déjà posé une question similaire ?  Oui ? Alors je vous invite à combattre ce que j’appelle le syndrome de la poutre en posant la question autrement : je me demande pourquoi je trouve de plus en plus que les gens sont ingrats. C’est autour de l’histoire secrète de la famille Igrecque que nous allons broder.

Il y a de cela quelque temps j’ai été témoin lointain d’une situation qui a fait voler toute cette famille en éclat. Je précise qu’il s’agit ici d’une famille dans les proportions africaines. Un membre de cette famille avait décidé de poser un acte de générosité envers un deuxième membre de la famille. Et d’autres membres de la famille ont considéré cette initiative comme de l’ingratitude envers un troisième membre de la famille. Comment une pratique aussi merveilleuse que la générosité pouvait-elle être prise pour de l’ingratitude d’un autre point de vue ?  Ils ont déterré les vieilles histoires de personnes décédées, de services rendus ou refusés, de gratitude ou ingratitude etc. Et ils se sont fait la guerre.  Pourquoi cette famille s’est-elle détruite ? Comment nous sert-elle de contre-exemple ? Le but ici est de découvrir si vos attentes en matière de reconnaissance sont celles de Dieu, celles du monde ou celle de votre chair.

1.Ils avaient leur propre vision de la reconnaissance.

Oui quand vous avez votre propre vision de la gratitude vous pouvez ne pas la voir là où elle s’exprime. Il nous arrive de trouver des personnes ingrates parce qu’elles ont manqué de manifester leur reconnaissance de la manière dont nous nous attendions à ce qu’elles le fassent. Voici trois exemples d’illustration.

  1. Une mère s’occupe seule de son garçon après la désertion de son mari. Une fois adulte le fils se réconcilie avec son père et décide d’en prendre soin matériellement. La maman, si elle a ses propres critères de gratitude, pourra considérer que son fils est un ingrat après tous les sacrifices qu’elle a consentis seule pour en faire un homme indépendant. Si elle est objective, elle comprendra que s’occuper de son père ne fait pas de son fils un ingrat vis-à-vis d’elle. L’ingratitude aurait été de ne pas s’occuper de sa mère qui a tout fait pour lui. S’il prend soin de sa mère il n’est pas ingrat même s’il prend soin de son papa autrefois absent.

2. Un pasteur donne sa vie pour une brebis au point de s’en occuper avec amour comme de son propre fils. La brebis un jour ne trouve plus auprès de ce pasteur ce dont elle a besoin et décide de s’en aller brouter ailleurs. Le pasteur déçu peut interpréter cela comme de l’ingratitude. Se détacher afin de trouver mieux à un moment donné de notre croissance spirituelle n’est pourtant pas de l’ingratitude. L’ingratitude serait de partir en disant du mal du pasteur comme s’il n’avait jamais rien fait de bon.

3. Une femme sert d’entremetteuse entre son ami homme et son amie femme. Il finit par la demander en mariage. Ils choisissent leurs 4 témoins. Puisque l’entremetteuse n’en fait pas parti elle trouve les amoureux bien ingrats. En tant que témoin de leur rencontre elle pense avoir le droit d’être témoin de leur union.  En mettant son orgueil blessé de côté elle pourra réaliser que les futurs mariés sont très reconnaissants car ils n’arrêtent pas de raconter à qui veut l’entendre que c’est grâce à l’entremetteuse qu’ils se sont aimés. Cette dernière est amère car ses standards de gratitude ne sont tout simplement pas les bons.

Lorsque vous avez votre propre vision de la reconnaissance, vous ouvrez grand la porte à la déception, à la frustration et à l’amertume.  Le service rendu qui devait vous unir à l’autre devient alors le facteur qui vous divise.

2.Ils ont donné à la reconnaissance un caractère perpétuel

Quelques fois à partir du moment où vous rendez service à une personne, elle prend ‘perpét’. Elle vous a déjà remercié, elle vous a aussi rendu un service plus tard. Mais en 2019, vous racontiez encore comment vous avez payé son loyer en 1997 et vous ne comprenez pas qu’elle puisse hésiter à vous rendre service en 2020.  Que dire de ceux qui pensent que la gratitude pour service rendu est extensible ou transgénérationnelle ? La sœur doit être reconnaissante pour le service rendu à son frère, ou le petit-fils doit éprouver de la gratitude pour service rendu à sa grand-mère, alors même que ça ne le concerne ni de près ni de loin. Vous ne permettez pas au bénéficiaire et aux siens d’oublier un seul instant qu’à un moment de sa vie vous avez répondu présent. Vous voulez que comme la sortie d’Egypte votre bienfait soit raconté sous toutes les formes littéraires, de génération en génération. Et que l’on vous remercie encore et encore. Ce genre d’attitude pousse l’autre à regretter d’avoir un jour reçu de vous. Vous transformez votre bienfait en fardeau. Nous devons en tant que chrétiens intégrer une chose :  on est reconnaissant à Dieu de manière continue car il nous offre la vie de manière éternelle. On est reconnaissant à l’homme de manière temporelle car il nous rend un service temporel.

3. Ils ont confondu reconnaissance et redevabilité

Si vous pensez que donner à quelqu’un revient à ce qu’il ait envers vous une dette au minimum psychologique ou affective , c’est que vous confondez reconnaissance et redevabilité.

Le mot redevable a plusieurs significations. L’utilisation qui nous intéresse répond à la définition suivante :  Nous sommes redevables à une personne qui nous a rendu service lorsque nous sommes obligés de rendre service en retour à cette personne le jour où elle nous le demande.

Le pire mal que l’on puisse faire à la reconnaissance c’est de la confondre avec la ‘redevabilité’. Une personne redevable est une personne qui n’a pas encore payé quelque chose. Une personne reconnaissante est une personne qui réalise le bien qu’on lui a fait. La ‘redevabilité’ est une obligation et la reconnaissance est un choix. La gratitude procure du plaisir là où la ‘redevabilité’ met un joug. La ‘redevabilité’ asservit et la reconnaissance libère.

Un bienfaiteur peut vous manipuler au point de vous faire croire que votre absence de sentiment de ‘redevabilité’ équivaut à de l’ingratitude. La personne qui se sent redevable s’expose à la servitude et à la domination de l’autre qui peut la maintenir dans une relation abusive.  Comme cette maman qui a été accueillie par son frère lorsque son mari l’a mise à la porte avec ses filles. Lorsque ses filles ont été abusées par son frère, parce qu’elle a confondu reconnaissance et ‘redevabilité’, elle n’a pas osé porter plainte contre lui. Une jeune fille de 16 ans a eu une démarche inverse. Hébergée par sa sœur elle a été violée par le mari de cette dernière. Elle a porté plainte malgré la farouche opposition de toute sa famille. Sans surprise, elle a été rejetée et traitée comme une ingrate n’ayant pas reconnu à sa juste valeur le service rendu par sa sœur.  Elle leur a répondu ceci : « je suis reconnaissante à ma sœur de m’avoir offert un toit, mais le viol et le vol de ma virginité n’était pas sur le contrat moral du service rendu. » Elle avait tout compris.

L’ingratitude équivaut à voler dans la maison d’une personne qui vous a gentiment hébergé alors que sans travail vous étiez à la rue. La ‘redevabilité’ c’est de se sentir obligé de rester quand cette personne dit avoir besoin de vous pour garder ses enfants, alors même que vous avez enfin trouvé un travail à 200 kilomètres de là. L’ingratitude c’est arriver tous les jours en retard au travail que votre oncle a eu du mal à trouver pour vous dans la société de son meilleur ami. La ‘redevabilité’ c’est se sentir obligé de faire les courses de cet oncle tous les week-ends sachant qu’avant de vous trouver ce poste il ne vous avait jamais imposé les courses.

Lorsque vous rendez service à quelqu’un et que vous omettez de lui préciser que vous attendez de sa part un contre-don, ce n’est pas un service : c’est un piège.

La reconnaissance est un acte d’humilité et elle est supérieure à la redevabilité.

Alors en tant que chrétiens, comment devons-nous rendre service pour éviter les fruits pourris que sont l’amertume, la frustration, l’aigreur, la peur de donner à nouveau, la méfiance, le regret, les remords etc.

cat-47896_1280 (1)

Les solutions se trouvent dans la Parole de Dieu.

  1. Vous rappeler que vous n’êtes pas Dieu. N’étant pas Dieu vous ne pouvez pas exiger des autres plus que lui-même n’exige. Pourquoi auriez-vous le droit de pousser l’autre à vous être reconnaissant, voire redevable ? Dieu déverse ses nombreux bienfaits dans nos vies et même s’il souhaite que nous lui soyons reconnaissants et qu’il hait l’ingratitude, j’ai vu des ingrats recevoir des bénédictions de sa part, encore et encore.

 

2. Donner comme pour le Seigneur: Il est écrit dans Colossiens 3 :23 “tout ce que vous faites, faites-le de bon cœur comme pour le Seigneur et non pour des hommes “. Oseriez-vous demander à Dieu de vous manifester de la gratitude ? Non. Alors donnez à l’autre comme si vous donniez à Dieu et vous ne serez jamais déçu.   Rendre service c’est comme planter une semence pour la croissance de l’autre. Vous plantez dans la vie de l’autre ; c’est par conséquent dans sa vie que les fruits visibles doivent pousser, pas dans la vôtre. Si vous récoltez de l’homme l’ingratitude ou la traitrise, Dieu évalue toujours vos actions à leur juste valeur.

3. Se rappeler que la louange revient à Dieu. Lorsque vous rendez un service, il est important de ne pas oublier que la louange et la gloire doivent toujours revenir à Dieu. Le bénéficiaire peut vous remercier, mais vous n’êtes qu’un canal du Créateur pour sa bénédiction. S’il remercie Dieu, c’est suffisant. Libérer ceux à qui vous rendez service est un acte spirituel d’une grande portée. Essayez donc le « Tu ne me dois rien » libérateur et mettez un point d’honneur à adopter l’attitude qui va avec. Cela procure un exquis sentiment de bonne conscience. Cela permet aux bonnes âmes pleines de gratitude de profiter pleinement de votre don, sans gêne, sans souffrance et sans se sentir redevables.

4. Donner c’est avoir déjà reçu. Paul nous rapporte dans Actes 20 :35 une parole du Seigneur : il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. Ce verset est le BEABA de ceux qui ont entrepris de rendre service aux autres et qui ne veulent pas en souffrir. Il vous assure que votre don vous procure un bonheur plus grand que le plaisir de celui qui le reçoit ; Il vous informe que recevoir la reconnaissance du bénéficiaire ne vous donnera pas un plaisir plus grand que celui que vous retirez de votre geste. Vous êtes déjà comblé en donnant et le merci de l’autre ne rendra pas votre don plus plaisant aux yeux de Dieu. Votre don suffit à vous faire entrer dans les hauteurs du plaisir divin. Si l’autre réussit grâce à vous, vous pouvez y trouver votre satisfaction même sans un merci de sa part.

5. Et si vous travailliez sur votre propre reconnaissance ?  Il est commun de mettre l’accent sur l’ingratitude des autres et de ne jamais reconnaître la nôtre ou de la justifier. Gérard de Nerval a dit : il n’y a qu’un seul vice dont on ne voit personne se vanter, c’est l’ingratitude. Si vous avez (trop) besoin de reconnaissance, si vous êtes en mal de reconnaissance, si vous êtes frustré de ne pas recevoir autant que vous pensez mériter, sachez qu’une ombre plane sur votre propre sentiment de gratitude envers Dieu. Se plaindre des autres c’est se mettre dans une posture d’ingratitude vis-à-vis du Seigneur.

Au lieu d’attendre la reconnaissance de la part des autres il est peut-être temps de travailler sur votre propre reconnaissance.

Comment travailler sur sa reconnaissance ?

  1. Ne plus se sentir redevable. Je clarifie encore : la gratitude n’est pas la ‘redevabilité.’  Si vous êtes tombé dans le piège d’un bienfaiteur qui par son cadeau secrètement empoisonné vous pousse à être redevable pour ce qui au départ était clairement un service gratuit, osez vous libérer !  Dans Luc 17 versets 11 à 19, Jésus guérit 10 lépreux. Un seul revient vers lui pour manifester sa reconnaissance. Jésus semble attristé de l’attitude des autres, mais il ne va pas les chercher par le col pour exiger d’eux la reconnaissance. Si vous sentez une pression de l’autre, si vous avez les moyens de rendre pour être libéré, faites-le. Si vous n’avez pas les moyens de rendre libérez-vous spirituellement , mentalement et si possible physiquement.  Tant que ce n’était pas une dette, tant que cela n’avait pas été spécifié, tant que ce n’était pas un accord tacite, l’autre n’a pas à attendre un contre-don de votre part. Libérez-vous du joug de la servitude, sans culpabilité.

Il arrive aussi de se mettre soi-même sous le joug de la ‘redevabilité’ alors que celui qui nous a rendu service ne nous demande rien. Dans ce cas, posez vous les questions suivantes :  Pourquoi je me sens redevable sachant que mon bienfaiteur a agi de bon cœur ?  Est-ce le manque d’assurance, la peur, mon propre cœur hypocrite et méchant, ou mon orgueil qui m’impose de rendre la pareille afin d’effacer le service rendu et de me retrouver sur le même pied d’égalité que le bienfaiteur initial ? Sondez vos propres motivations et demandez la guérison à Dieu. Quelque fois nous aimons nous sentir redevables pour éviter d’être pleinement reconnaissants.

2. Travailler sur votre propre reconnaissance en étant reconnaissant. Colossiens 3 : 15 (soyez reconnaissants) ne s’adresse pas à votre frère ou à votre sœur, mais à vous premièrement. Vous voulez que les autres vous soient reconnaissants ? Soyez reconnaissants d’abord. Matthieu 7 :12 nous dit : “tout ce que vous voulez que les autres fassent pour vous faites-le également pour eux.”

Au lieu de comptabiliser les manquements des autres il est temps d’apprendre à être plus reconnaissant et de vous y appliquer avec soin et délicatesse afin de ne pas devenir l’ingrat des autres.

Vous voyez la sensation de plénitude qui vous manque lorsque vous pensez faire les frais de l’ingratitude ? Mesurez que quelqu’un d’autre peut ressentir la même chose parce qu’il n’a pas reçu de votre part la reconnaissance qu’il était en droit d’attendre. 2020 peut être l’année de la reconnaissance : revenir sur vos ingratitudes passées et les réparer d’un « pardon », d’un cadeau, d’un « merci », d’un acte de gentillesse, d’un témoignage qui met l’autre en avant etc. Mieux vaut tard que jamais, nous dit l’adage. Même si l’autre avait une vision erronée de la reconnaissance, à partir du moment où vous prenez conscience de sa souffrance par rapport à votre ingratitude supposée une clarification dans l’amour peut être nécessaire.  Par vos actes de reconnaissance vous pouvez être un canal pour la guérison de l’autre.

Embellissez votre propre jardin au lieu de regarder les mauvaises herbes qui poussent chez le voisin. Offrez-lui une magnifique vision de votre jardin, peut-être lui donnerez-vous l’envie de faire de même.

Pensez à vous abonner et à commenter sur ce site. Si vous préférez facebook, commentez bien sur ma page perso et non pas sur celle de Mr Rougé qui ne me sert que pour la pub et sur laquelle vous ne pourrez pas avoir d’interaction directe avec moi.

Bonne année 2020 à tous.

theamijournal.com

 

 

 

 

 

 

 

Ces 11 secrets de beauté vont vous inspirer.

Ce poème a été rendu célèbre par Audrey Hepburn quand on lui a demandé le secret de sa beauté. Ce poème initialement écrit par Sam Levenson, un homme, est une inspiration pour chacune d’entre nous.

———————————————————————————-

Pour avoir des lèvres attirantes, prononcez des paroles de bonté.

Pour avoir de beaux yeux, regardez ce que les gens ont de beau en eux.

Pour rester mince, partagez vos repas avec ceux qui ont faim.

Pour avoir de beaux cheveux, laissez un enfant y passer sa main chaque jour.

Pour avoir un beau maintien, marchez en sachant que vous n’êtes jamais seule, car ceux qui vous aiment et vous ont aimé vous accompagnent.

Les gens, plus encore que les objets, ont besoin d’être réparés, bichonnés, ravivés, réclamés et sauvés : ne rejetez jamais personne.

Pensez-y : si un jour vous avez besoin d’une main secourable, vous en trouverez une au bout de chacun de vos bras.

En vieillissant, vous vous rendrez compte que vous avez deux mains, l’une pour vous aider vous-même, l’autre pour aider ceux qui en ont besoin.

La beauté d’une femme n’est pas dans les vêtements qu’elle porte, son visage ou sa façon d’arranger ses cheveux. La beauté d’une femme se voit dans ses yeux, car c’est la porte ouverte sur son coeur, la source de son amour.

La beauté d’une femme n’est pas dans son maquillage, mais dans la vraie beauté de son âme. C’est la tendresse qu’elle donne, l’amour, la passion qu’elle exprime.

La beauté d’une femme se développe avec les années.

Sam Levenson

 

 

8 clefs ouvrant la porte à une vie de prière raisonnable.

Votre vie de  prière est-elle chaotique, irrégulière et désordonnée ? ou avez-vous une vie de prière qui vous semble plutôt correcte, mais qui ne produit pas toujours les résultats attendus et qui plus est, vous laisse l’affreuse saveur de l’échec et de la frustration ? Voici 8 clefs pour vous aider à prier de manière raisonnable.

Auteur : Ami Rougé

Temps de lecture rapide : 8-10 minutes

Temps de lecture conseillée : 10-15 minutes Continue reading “8 clefs ouvrant la porte à une vie de prière raisonnable.”

7 expressions à ne plus cultiver à la légère

Il existe des mots et des phrases que nous employons et qui trouvent leurs sources dans la haine ou la colère. L’objectif de ces expressions est de détruire. Et malheureusement, la plupart du temps, le but est atteint. Ces mots blessent et vont jusqu’à brouiller le présent et détruire l’avenir des cibles. Continue reading “7 expressions à ne plus cultiver à la légère”